Bus au dos - Tour du monde - info@busaudos.ch


Bilan de l'étape en Mongolie

Nous avons parcouru ce pays d'Asie centrale pendant 1 mois et demi en restant presque tout le temps en 4x4 car les pistes sont pourries et en demandant régulièrement notre chemin car la signalisation est inexistante à de rares exceptions près. Nous avons eu beaucoup de plaisir mais aussi des montées d'adrénaline avec les passages à gué. Nous nous sommes plantés deux fois, avons crevé deux fois en moins de deux semaines, ce qui ne nous était plus arrivé depuis la Bolivie. Il faut dire que le réseau routier est semblable avec cependant une modernisation de ce réseau qui est en cours en Mongolie. La vie en Mongolie doit ressembler à celle de l'Europe il y a cent ans mais avec des habitations différentes. Il y a actuellement de plus en plus de maisons en dur dans un pays partagé entre tradition et modernité. Le nomadisme a quasiment disparu et les chevaux sont progressivement remplacés par les 4x4. Nous avons ramené notre plus gros souvenir de voyage, qui a quatre pattes et plein de poils.


Notre petite (qui ne l'est bientôt plus!) adoptée.

Ce qui nous a surpris:

  • Les ponts. Quasiment inexistants même pour traverser de larges et/ou profondes rivières. Et, quand ils existent, on se demande si on ose se lancer dessus!


  • Choisis bien ta planche!

  • L'équipement moderne des gers (yourtes). Panneau(x) solaire(s), antenne satellite, TV à écran plat, ...


  • Gers du XXIème siècle.

  • Les voitures. Parc automobile en constante augmentation. Voitures en bon état, des gros 4x4, beaucoup d'occasions japonaises avec volant à droite telles que des hybrides comme les Prius.

  • L'eau. Dans les villes et les villages, elle s'obtient dans des cahutes à heures fixes et moyennant une obole. Les réseaux de distribution d'eau sont encore inexistants.


  • Baraquement à eau.

  • Les épiceries. Tous les villages, même les plus petits, ont plusieurs épiceries, même si la variété de l'assortiment est souvent limité, beaucoup de bonbonnaille et très peu de fruits et légumes. Toutefois, elles pratiquent toutes de la publicité mensongère en affichant fièrement sur leur devanture des images de nombreux produits qu'elles n'auront jamais (variétés de pain, fruits exotiques, grand choix de légumes, ...)!

  • Les peaux de moutons. Nous savions que des peaux de moutons se vendaient à bon prix mais nous ne savions pas qu'elles s'achetaient fraîches. Du coup, nous n'en avons pas acheté.


  • Vente de peaux.

  • La répétition de noms de localités. Plusieurs communes ont le même nom, certaines se retrouvent même à plusieurs reprises comme par exemple Tsagaan Uur (Tsagaan=blanc, Uur=montagne).

  • Ce qui nous a plu:

  • La nature et les paysages. Très beaux panoramas allant des forêts aux environnements désertiques, en passant par des steppes, des lacs et des montagnes.


  • Un paysage parmi tant d'autres.

  • Le calme. Quasiment aucune pollution sonore. Le calme règne. C'est très relaxant.

  • La pêche. De beaux poissons et de belles rivières à certains endroits.


  • Une des lenoks du séjour.

  • L'accueil et l'entraide. La plupart des gens sont très accueillants, on vous aide très facilement, l'étranger est le bienvenu. L'entraide est encore très présente.

  • La faune. Beaucoup de rapaces, des petits mamifères comme les chiens de prairie que nous avons vus par milliers, pléthore d'insectes et des lézards. Un regret, toutefois, de n'avoir pas vu les grands mammifères comme le léopard des neiges dans les montagnes de l'ouest et de ne pas être allés dans le désert de Gobi voir des animaux rares comme l'ours ou l'âne de Gobi.


  • Chien de prairie.

  • Le coût de la vie. Il est très bas, même la viande est peu onéreuse avec des prix proches de ceux des légumes. Dû au fait qu'il y a beaucoup de bétail (sans exportation) et que les Mongols ont un régime très carné. Cependant, la viande n'est pas découpée, vous achetez une pièce de viande comprenant plusieurs morceaux. Vous ne savez en conséquence pas vraiment ce que vous achetez (ragoût, filet, ...).

  • Ce qui nous a moins plu:

  • Les fromages secs (aaryyl). Font partie de la nourriture quotidienne mongole. Infecte!

  • Les déchets. La société de consommation est arrivée et progresse à grands pas mais, en parallèle, aucun système de traitement des déchets n'existe. Il en résulte que tout finit dans la nature, au bord des pistes, dans les rivières, ...

  • Les Mongols sans gêne. Ils sont très (trop) curieux et sans gêne n'hésitant pas à monter dans le véhicule pour voir comment c'est ou à se soulager à 2 mètres du bus devant la gent masculine ou féminine.

  • La pêche. C'est un véritable "bordel" pour obtenir un permis sans prendre part à un séjour touristique aux tarifs surfaits. De nombreux endroits ont été surexploités et il n'y a quasiment plus de poissons. En outre, les rivières autour des villes et des mines, nombreuses, sont très polluées. Le gouvernement mongol ferait mieux de s'occuper de ses rivières plutôt que d'accorder des monopoles à des voyagistes.

  • Le tourisme. Le tourisme de masse est en train de s'installer à de multiples endroits et de détruire l'authenticité du pays et de ses habitants. La Mongolie risque d'avoir encore un autre visage d'ici quelques années.

  • La langue. Difficilement palpable avec des consonnances très éloignées du français et des autres langues que nous connaissons. Heureusement que nous avions déniché un petit guide de conversation et les mains!

  • L'alcool. Ce pays a un sérieux problème d'alcool. Nous avons croisé nombre de Mongols bourrés, même la journée, sans compter la quantité de bouteilles d'arkhi (vodka locale) traînant le long des pistes.



  • Suite au prochain épisode! Environs de Prague, Tchéquie, le 01.11.2014