Bus au dos - Tour du monde - info@busaudos.ch


De l'île de Hokkaido à celle de Honshu

Repartis de Suisse le lundi 30 juin 2014, nous sommes de retour à Sapporo le lendemain soir après un long vol via Abu Dhabi et Tokyo comme à l'aller.

Au matin, impatients, nous filons au garage récupérer Lucy. Les mécanos ont fait des miracles, tous les ennuis mécaniques semblent apparemment résolus. Les prochains kilomètres nous le confirmeront. Les boîtes à vitesse et de transfert défectueuses ont été remplacées par des boîtes d'occasion révisées. Les joints du moteur qui fuyaient ont été changés.


Anciennes et nouvelles boîtes.

Le responsable de l'atelier pose avec nous pour la photo souvenir devant ce bus presque comme neuf.


En compagnie de Monsieur Okuyama.

Il a même eu quelques attentions à notre égard comme un polish complet de la carrosserie ainsi qu'un autocollant du drapeau du Japon. Celui-là même que nous avions eu tant de mal à trouver et qu'il a fait faire spécialement pour nous.


Un grand merci pour cette nouvelle décoration.

Nous pouvons quitter le garage sereins et nous diriger vers Hakodate au sud de l'île pour prendre un ferry pour l'île de Honshu (l'île principale de l'archipel nippon). C'est, en effet, depuis cette île que le ferry à destination de la Russie est agendé d'ici environ deux semaines. Il s'agira de ne pas traîner en chemin. Nous aurons en conséquence moins de temps pour visiter Honshu que Hokkaido. Le plein de victuailles effectué et la route reprise, nous constatons que le riz a bien poussé pendant notre absence. Installés en forêt près de la petite ville de Mori (qui signifie d'ailleurs forêt en japonais!), nous rangeons le contenu de nos sacs constitués essentiellement de chocolat et de fromage!


Croissance du riz.

Après le petit-déjeuner, Benj pêche dans les alentours dans une petite rivière. Il attrape plusieurs truites arc-en-ciel très colorées.


Arc-en-ciel portant bien leur nom.

Au moment de repartir, Séverine entend des bruits dans les bois. Il s'agit d'un ours, peut-être celui dont nous avons vu des traces la veille. L'animal nous repère mais garde ses distances.


Enfin nous le voyons!

Forts de cette rencontre, nous poursuivons vers Hakodate. Près du lac Onuma, nous apercevons un renard qui, une fois de plus, n'est pas farouche. Nous pouvons aisément lui tirer le portrait de près.


Encore un presque apprivoisé...

En fin d'après-midi, nous sommes à Hakodate et réservons un ferry pour Honshu le lendemain. Le soir, nous cuisons au feu de bois les truites pêchées le matin-même. Les carcasses font le bonheur des écrevisses du ruisseau proche. Hélas, trop petites pour être mangées.


Cuisine de camp.

Le jour suivant, nous profitons d'un dernier onsen sur Hokkaido avant de rejoindre le terminal du ferry.


Onsen du Mont Esan.

Le bateau largue les amarres dans l'après-midi pour un trajet de 1h30 à destination de Oma.


Embarquement.

Arrivés à bon port tout au nord de l'île de Honshu, nous constatons que la végétation est quelque peu différente. Il y a davantage de conifères. Nous trouvons un endroit en forêt pour notre première nuit sur cette île.

Pour commencer la journée du samedi, nous nous rendons au bord du lac Usori, au pied du volcan Osore.


Lac Usori (宇曽利湖).

Aux abords de ce lac, de nombreuses petites sources chaudes jaillissent. Certaines contenant une grande quantité de soufre au vu de l'odeur qui règne et des dépôts dans les ruisseaux qui se jettent dans le lac.


Conséquence de l'activité volcanique.

Nous poursuivons avec une promenade en forêt autour de ce joli lac. Nous nous arrêtons en fin de journée plus au sud dans les environs de Shichinohe.


Lors de la balade.

Dimanche 6 juillet, nous mettons le cap aur le lac Towada, niché dans un bel écrin de verdure. Comme le lac Osorezan et de nombreux lacs au Japon, il s'agit d'un lac de caldera.


Lac Towada (十和田湖).

Nous empruntons une petite route menant à un point de vue le surplombant.


Une autre vue tout aussi magnifique du lac Towada.

En continuant notre itinéraire vers le sud, nous arrivons au lac Tanagawa dont nous faisons une partie du tour.


Depuis un pont enjambant ce lac.

Nous nous installons ensuite vers une série d'étangs proche de ce lac.


Depuis le lieu de camp.

Après une nuit au son des grenouilles, nous nous rendons au lac Tazawa, le lac le plus profond du Japon (plus de 400 mètres). Nous le découvrons à travers plusieurs haltes. Le cadre, comme celui du lac Towada, est somptueux.


Lac Tazawa (田沢湖).

Une des premières haltes s'effectue vers un petit temple.


Petit temple au bord du lac Tazawa.

Une autre se fait à proximité d'une petite statue proche de laquelle les visiteurs ont l'habitude de nourrir les poissons. Des milliers s'agglutinent dans le bord.


Poissons et statue Tatsuko.

De là, nous rejoignons la ville de Kakunodate et son quartier préservé de maisons traditionnelles de samouraïs. Nous vistons une de ces maisons datant de plus de 200 ans.


Maison du clan Ishiguro.

Puis, nous nous baladons dans ce charmant quartier.


Quartier de Bukeyashiki.

Nous bivouaquons en forêt et cuisinons un inédit au cours de ce voyage, une fondue ramenée dans nos bagages.


Elle n'a jamais été aussi bonne!

Le lendemain, après un bout de route, arrivés dans un village thermal, nous jetons notre dévolu sur un de ses nombreux onsen. Cela fait toujours autant de bien. Nous devons ensuite rebrousser chemin parce que la route que nous souhaitons emprunter est barrée à cause d'un glissement de terrain. Cet imprévu nous fait perdre baucoup de temps. Nous nous arrêtons en fin de journée près d'un étang d'irrigation pour les rizières. Un gros orage éclate durant la soiréee.

Au réveil, il pleut toujours et fort. Des coups de tonnerre se font même encore entendre. Ce déluge nous accompagnera presque toute la journée durant. Nous profitons pour avancer en direction du sud-ouest. Nous apprenons le lendemain que le typhon Neoguri sévit dans le sud de l'archipel.


Pluie diluvienne.

Le jour suivant, après avoir évité le centre de Nagano, ville hôte des JO d'hiver 1998, nous nous rendons dans la cité de Matsumoto aux portes des Alpes japonaises. Nous visitons le château en bois datant du XVIe siècle, très représentatif des édifices de défense de cette époque.


Matsumoto-jo (松本城).

A l'intérieur trône une collection importante d'armes et d'armures anciennes.


Un aperçu de la collection.

La visite nous fait découvrir les différentes tours et les six étages accessibles par des escaliers très raides.


Dans la forteresse.

Les douves sont peuplées d'une foule de carpes habituées à être nourries par les visiteurs.


Les habitantes des douves.

C'est la fin de l'année scolaire et nous voyons les enfants des environs prendre la pose en costume de cérémonie dans les jardins en compagnie de leurs professeurs sous le regard de leur parents. Nous dormons dans les hauteurs de Matsumoto.


La traditionnelle photo de fin d'année.



Suite au prochain épisode! Environs de Sakaiminato, Honshu, Japon, le 18.07.2014