Bus au dos - Tour du monde - info@busaudos.ch


De Silverdale à Picton

Vendredi 29 novembre, nous pouvons quitter le garage dans l'après-midi. Comme il y a un VTNZ dans le coin, nous commençons par aller y repasser le WOF. Cette fois, nos freins fraîchement réglés, il n'y a pas de problème, nous réussissons le contrôle. Nous sommes ensuite obligés de passer par Auckland, un noeud routier inévitable. Nous profitons, du coup, pour faire quelques emplettes au magasin asiatique bon marché que nous connaissons déjà. Une fois cette ville et sa grande banlieue traversées, nous nous arrêtons à une aire routière pour la nuit.

Dans la matinée, nous reprenons la route en direction de la péninsule de Coromandel. A Thames, nous bifurquons dans les terres pour faire une balade en forêt. Elle grimpe sur une petite montagne avec une ribambelle d'escaliers.


Des escaliers, encore des escaliers!

Depuis un promontoire, la vue est magnifique.


Coromandel Forest Park.

Le chemin mène ensuite au pied de grands kaoris.


Au pied des géants.

De retour au bus, nous retournons à Thames et poursuivons par la route côtière en direction du nord de la péninsule.


La côte ouest.

Puis, nous empruntons la route 309 qui relie les deux côtes de cette péninsule. Elle doit son nom au fait qu'à l'époque il fallait 3h09 à cheval avec une charrette pour la parcourir. Nous nous arrêtons un peu à l'écart aur une petite piste conduisant à Castle Rock, un volcan endormi.


Castle Rock.

Dimanche 1er décembre, nous poursuivons sur la 309 et allons voir la chute de Waiau.


Waiau Falls.

Sur ce tracé, il y a aussi une promenade très sympa en forêt qui amène vers des ... kaoris. Ce sont à nouveau de beaux spécimens dont un kaori siamois.



Kaori Grove, Siamese et la forêt environnante.

Une fois sur la côte est, nous allons à Hot Water Beach. C'est une (petite) portion de plage où des sources thermales filtrent à travers le sable à marée basse. Il suffit alors de creuser un trou pour obtenir une petite baignoire naturelle. Hélas, l'endroit est bondé. Tout le monde est serré comme des sardines. Nous renonçons à nous baigner.


Spectacle à Hot Water Beach.

Nous reprenons alors la route en direction du sud et nous installons sur un petit chemin après avoir demandé au paysan si nous pouvions.


Superbe coucher de soleil au lieu de camp.

Le lendemain, nous nous rendons au bord de la rivière Waihou. L'endoit est splendide. Nous pêchons à la mouche, cela faisait longtemps que Séverine n'avait pas reessayé. Nous voyons des poissons dans les eaux cristallines mais, malgré quelques-uns ferrés, aucun n'est mis au sec.


Waihou River et un fantail.

En fin de journée, en cherchant un endroit où passer la nuit, nous tombons sur un couple d'Allemands en difficulté. Ils sont complètement embourbés avec leur 4X4 un peu plus loin sur la piste. Nous tentons d'abord de leur venir en aide avec nos plaques de désensablage mais cela n'est pas suffisant, le tire-fort est nécessaire. Alors que nous le cherchons au fond de sa caisse, un gros 4X4 d'un local arrive et il suffit alors de mettre notre sangle de remorquage à disposition afin que le gros 4X4 les tracte hors du bourbier dans lequel ils se trouvaient. Marion et Vladimir sont très reconnaissants et nous invitent à les suivre à Rotorua pour souper et passer la nuit dans la même auberge qu'eux. Nous sommes un peu génês devant tant de générosité mais ils insistent en nous disant qu'ils se voyaient déjà passer la nuit au fond des bois et que nous sommes maintenant tout boueux. Nous acceptons alors avec plaisir et passons une très agréable soirée en leur compagnie. Ils sont presque retraités et sont pour six mois en Nouvelle-Zélande.

Le jour suivant, nous prenons encore le petit-déjeuner ensemble avant de nous quitter.


Avec Marion et Vladimir. Un grand merci à eux.

Nous nous rendons ensuite au lac Bleu où nous faisons une promenade.


Blue Lake.

Puis, nous revenons au centre de Rotorua nous balader au parc Kuirau où il y a beaucoup d'activité thermale, la région étant très volcanique. Certains bassins étaient publics à une époque et même utilisés avant par les Maoris mais, depuis que l'industrie du tourisme a pris le dessus et qu'un centre thermal a été ouvert, ce temps est révolu.


Entre bassins (très) chauds, lacs fumants et boues bouillonnantes.

Nous quittons ensuite Rotorua et ses hordes de touristes et trouvons vers Murupara un coin au départ d'un sentier.

Au matin, nous nous engageons sur la route traversant le parc national Te Urewera, le plus grand de l'île du Nord. Il fait plutôt mauvais temps mais les paysages sont magnifiques.


Te Urewera National Park.

L'après-midi, Benj pêche une rivière dans ce parc.


Première truite néo-zélandaise.

Ensuite, nous nous installons à un camp libre au bord du lac Waikaremoana. Vous avez de la peine avec le maori, rassurez-vous, nous aussi! Essayez donc: Kiaora (= bonjour), Haere Mai (= bienvenue) ou encore Te Aotearoa (= terre du long nuage blanc = Nouvelle-Zélande). Nous remarquons en arrivant que des campeurs précédents ont dû se débarasser de pommes de terre et que maintenant un talus est rempli de plants de patates. Nous sortons la pelle et attaquons la récolte.


Ramassage bienvenu.

Il faut préciser que le prix de la nourriture est élevé et qu'apparemment les prix ont énormément augmenté ces dernières années. En conséquence, ce qui est gratuit est très apprécié.


Waikaremoana Lake et un cygne noir.

Réveil avec la pluie. Nous prenons la direction de Wairoa. Nous souhaitons y réserver sans tarder le ferry pour rejoindre l'île du Sud en raison des Fêtes (et des vacances d'été néo-zélandaises) qui approchent et du plus gros ferry de la compagnie principale qui a perdu son hélice. Ce que nous redoutions se produit, il n'y a plus de place avant un moment et le prix de ces tickets a pris l'ascenseur. Dans l'après-midi, un désistement a dû être enregistré et une place se libère à bon prix mais pour le lendemain matin. Nous sautons sur l'occasion et partons rapidement. Il reste environ 400 kilomètres de routes sinueuses à parcourir avant d'être à Wellington. Nous y arrivons dans la soirée et dormons sur le parking du ferry.


En route.

Le matin de la St-Nicolas, nous embarquons pour une traversée d'un peu plus de 3h à destination de Picton. Nous naviguons d'abord à travers le détroit de Cook puis, malgré le temps couvert, il y a de jolis paysages à travers le canal de Tory et le fjord Queen Charlotte.


Pendant la traversée.

Nous arrivons en fin de matinée à Picton, une petite bourgade vivant au gré des arrivées des ferries.


Picton et son port.



Suite au prochain épisode! Greymouth, Nouvelle-Zélande, le 16.12.2013