Uruguay

Nous nous sommes installés quelques jours, à quelques dizaines de kilomètres de Montevideo, le long d'une plage au bord du rio de La Plata. Nous n'avons pas chômé pour tout ranger mais l'endroit était beau et calme. De magnifiques couchers de soleil sur l'horizon du rio, des oiseaux familiers autour de nous et des vols de perruches.


Coucher de soleil sur le rio de La Plata

Kawaï, elle, était toute contente de retrouver la liberté après deux semaines de ville en laisse. Et le rio de La Plata est majestueux, sans en voir la rive argentine de l'autre côté à près de 50km!


Kawaï profite de la plage.

Nous sommes ensuite remontés le long de ce rio qui devient le rio Uruguay une fois qu'il y a eu la confluence avec le rio Parana. Nous avons trouvé de jolis lieux de camp, soit au bord du rio soit en campagne. Dans les nuits brillantes, la danse des lucioles (des scarabées) qui scintillent sous les cieux du Sud et de belles lunes rousses.


Perdus dans la nature



Cacahuète et Blacky apprivoisent leur nouvelle vie de chat-venturiers


Tandis que Kawaï retrouve ses instincts de voyageuse dans un environnement verdoyant.

Nous avons passé la frontière avec l'Argentine à Fray Bentos. Au premier baraquement, l'immigration uruguayenne, il nous manquait chacun un document pour l'Argentine, la Declaracion Jurada. Papier qui stipule que nous sommes en bonne santé et vaccinés. Ca nous a pris un moment pour le remplir sur place mais le douanier était sympa et nous a même aidés. Ensuite, baraquement suivant pour le véhicule. Puis, croyant que nous avions tous les tampons, nous nous sommes dirigés au dernier poste de contrôle. Mais un stempel manquait donc nous avons dû retourner en arrière pour aller à un baraquement faire ce tampon. Une fois fait, on nous donna encore une feuille et tout était alors enfin ok pour passer le pont sur le rio Uruguay qui fait frontière.


Le pont sur le rio Uruguay qui fait frontière.

L'après-midi était passée et nous nous sommes dit qu'il faudrait refaire tout ce cirque du côté argentin. Sur le pont, nous regardons de plus près le papier donné et les passeports. Nous réalisons qu'ils sont déjà estampillés pour l'entrée en Argentine et que le papier est celui d'importation temporaire pour Lucy pour l'Argentine. Génial! Nous sommes surpris car, lors de notre voyage précédent et toutes les douanes passées, il y a toujours eu les formalités à faire au pays de sortie et au pays d'entrée. Surpris aussi car aucune inspection du bus n'a été faite et les documents pour les animaux pas contrôlés. Cette fois-ci donc, le poste est commun aux deux pays. Signe probable d'une bonne entente entre ceux deux voisins. Tout contents, nous nous sommes installés en campagne pas très loin de la frontière. Ce soir-là, le vent s'est levé, le ciel s'est couvert et, après trois semaines en Uruguay sous une chaleur torride jusqu'à plus de 35°C, la roille s'est abattue.


Premier lieu de camp en Argentine, avant le déluge



Suite au prochain épisode! Trevelin, Argentine, le 28.03.2022